Emmanuel Macron ou l'art de nier la culture française

Tous les français ont entendu cette tirade controversée lancée par Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle en 2017 : "L'art français, je ne l'ai jamais vu". Un an plus tard, le reniement continue et on se rend tristement compte que tout est fait pour détruire davantage la nation française.

Emmanuel Macron est un élite mondialisé et il tient à le faire savoir "Il n'y a pas de culture française. Il y a une culture en France. Elle est diverse". Les racines de la France doivent être arrachées et il convient de laisser pourrir les fruits de la nation française, dont l'histoire doit être reniée. Il ne fait rien contre l'immigration car il souhaite plus de migrants. Il ne fait rien contre l'insécurité dans les quartiers car il pense que le problème n'est pas culturel. Vive le multiculturalisme ! Macron est un ancien banquier : il ne pense le monde que par l'aspect économique.

Le multiculturalisme que Macron cherche à imposer aux français est contraire aux valeurs de la France

Déjà un an que les français peuvent s'apercevoir de l'escroquerie Jupitérienne. Les retraités sont mis à genoux et les taxes augmentent. Par contre, les délinquants sont tranquilles. Des vidéos sont diffusées sur internet où l'on voit des jeunes de quartiers insulter des policiers sans que ces derniers ne puissent réagir, sous peine de se voir condamner par leurs supérieurs hiérarchiques, craignant des émeutes et des attaques médiatiques contre les forces de l'ordre. A croire que Macron n'a pas internet. Peut-être n'a t-il également plus en mémoire ses cours d'histoire ?

La nation française partage une culture commune, certes non figée, toujours prête à l’échange, mais forte de son histoire singulière. Le multiculturalisme que Macron cherche à imposer aux français est contraire aux valeurs de la France, puisque c'est la force la France que de regrouper des diversités dans une seule culture inclusive. Aujourd'hui, il faudrait que tout le monde ait sa propre culture, isolée, parfois opposée aux autres, alors qu'il existe bien une culture française unique, une identité nationale à défendre.

Tout le monde ne partage pas l'avis du "cosmopolite résolu" Bernard-Henri Lévy, sauf peut-être lorsqu'il estime que l'Europe a pour ambition de détruire les nations.

"J’aime le métissage et je déteste le nationalisme. Je ne vibre pas à « la Marseillaise ». J’espère que le cadre national sera un jour dépassé. Et l'un des principaux mérites de l'Europe, à mes yeux, est de fonctionner comme une machine à refroidir cette passion nationale." - Le Nouvel Observateur, 4 octobre 2007 -

Le philosophe n'a jamais caché son mépris pour la culture française. En 1985, dans le magazine Globe financé par le mondialiste Pierre Bergé :

"Tout ce qui est terroir, béret, bourrées, binious, bref, "franchouillard" ou cocardier, nous est étranger, voire odieux."

Il n'est pas incroyable de penser que Emmanuel Macron, fils prodige de Jacques Attali, théoricien du gouvernement mondial, partage l'amertume de Bernard-Henri Lévy.

Il y a bien une culture française

Il y a bien une culture française et cette culture est l'une des plus belles et des plus riches du monde. Ne parle-t-on pas d'exception culturelle française lorsqu'il est question de cinéma ou encore de théâtre ? Les millions de touristes étrangers qui voyagent en France viennent pour les musées et l'art français, le bon pain et la gastronomie françaises, la langue française et les accents régionaux, les châteaux et les monuments français, les églises et les cathédrales françaises, l'architecture et les jardins français, les cafés et les terrasses françaises, les boutiques et les marques de luxes françaises, etc.

Nier la culture française, et donc les fondamentaux de la nation française, c'est participer à la montée du populisme décrié par les élites et les médias. En effet, les peuples réagissent, se rebellent, se renforcent. Dans le cas français, la négation de la singularité culturelle française et la promotion du multiculturalisme profite au Rassemblement National. Marine le Pen fait tout pour surfer sur la vague nationaliste et populiste guidée par Donald Trump ou Matteo Salvini. Est-ce voulu par les dirigeants, par calcul électoral ? Ou est-ce un effet collatéral qui n'a pas été prévu ?

Les artistes peignent pour la France, pour continuer à enrichir la culture française

Et si Macron est vraiment honnête lorsqu'il dit "l'art français, je ne l'ai jamais vu", aidons-le en lui rappelant que l'art français a toujours été présent. Les nombreux musées de France, ainsi que nos plus belles bibliothèques, lui montreront cette continuité et cette unicité. Il y découvrira les tableaux de Nicolas Poussin, de Pablo Picasso, de Eugène Delacroix, de Claude Monet, de Paul Cézanne, de Pierre Bonnard, de Jean-Honoré Nicolas Fragonard, de Jean Édouard Vuillard, et autres peintres français. Il pourra y lire René Descartes, Pierre Corneille, Jean Racine, Jean de La Fontaine, François-René de Chateaubriand, Victor Hugo, et bien d'autres plumes exceptionnelles.

Pour l'ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon, Emmanuel Macron a eu raison de dire qu'il n'y a pas de culture française :

"Ce qu'on appelle, par une convention commode, la culture française est en fait constituée depuis plusieurs siècles par la convergence, la rencontre, le métissage d'influences culturelles venues de partout. [...] L'un des fondateurs de la musique française, Jean-Baptiste Lully n'est-il pas Florentin ? Une grande partie de la grande aventure de l'art français du XXe siècle n'a t-elle pas été accomplie par des étrangers, espagnols comme Picasso et Dali, russes, comme Kandinsky, roumains comme Brancusi ou Brauner, allemands comme Max Ernst." - Le Figaro, 13 février 2017 -

C'est vrai, les artistes ne sont pas toujours originaires de France. Cependant, lorsqu'ils viennent en France, notamment à Paris, c'est pour se nourrir et s'enrichir de ce que peut leur offrir la culture française. Ce n'est pas l'inverse. La France s'impose aux artistes et à leur art. Les artistes peignent pour la France, pour continuer à enrichir la culture française. Picasso, d'origine espagnol, cherchait à reprendre les grands peintres français tels que Poussin, Delacroix ou Cézanne. Nos grands artistes, même étrangers, ont peint et célébrés avec fierté le drapeau tricolore français.

Pour la philosophe Bérénice Levet, interrogée par Le Figaro, Macron est un partisan totalement acquis au multiculturalisme :

"Il entend présider aux destinées de la France mais notre nation lui est parfaitement indifférente. Ne nous laissons pas duper : c'est en touriste qu'il se réfère à Jeanne d'Arc, le passé ne l'oblige à rien. Il est résolu au contraire à couper les fils qui nous y relient encore, où il ne voit qu'entraves."

À l’Élysée, Emmanuel Macron a choisi de mettre une toile de l'américain Shepard Fairey représentant Marianne. Oeuvre intéressante puisque l'artiste l'avait créé suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris pour exprimer son soutien au peuple français. L'artiste expliqua au magazine Le Point que "l'art à une grande place dans la culture française, il encourage la paix, l'harmonie et la tolérance". Il parle de culture française, il n'a décidément rien compris celui-la.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !