VIDEO. Bella Ciao : quand une chanson militante devient tube de l'été

Une mélodie entraînante d'origine italienne et révolutionnaire est devenue l'hymne de l'été 2018, suite aux reprises de nombreux artistes.

© La Casa de Papel (Netflix)

Bella Ciao est devenue un slogan commercial chantonné par de nombreux chanteurs et DJ à travers le monde, et particulièrement en France. Maître Gims (avec Naestro, Dadju, Slimane et Vitaa), le DJ Steve Aoki ou encore Jean Roch, même le rappeur Rémy ont sorti leur propre version du chant partisan ... sans forcément en garder le fond. Mais ce n'est pas la première fois que Bella Ciao connait un succès chez les artistes : l’interprète Yves Montand ou encore Manu Chao l'ont chantée.

Netflix à l'origine du succès de Bella Ciao

La chanson révolutionnaire Bella Ciao a été remise au goût du jour par la série La Casa de Papel, série à succès de Netflix, la plateforme de films et séries en ligne. Cette série narre l'histoire d'un groupe de braqueur qui pénètrent la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre de Madrid. C'est juste avant l'opération à risque que deux personnages principaux, El Profesor (le commanditaire) et Berlin (un braqueur), vont chantonner Bella Ciao avec solennité. Ici, la chanson prend tout son sens.

L'origine militante et révolutionnaire de Bella Ciao

Les paroles du chant de révolte italien ont été écrites en 1944, pendant la Seconde Guerre mondiale. D'origine ouvrière, la chanson était chantée par les mondines, des femmes qui se plaignait de leurs conditions de travail dans les rizières. La chanteuse résistante Giovanna Daffini a enregistré une version de la chanson, puis les paroles ont été modifiées par les résistants qui luttaient contre les troupes allemandes d'Hitler et contre Mussolini. Depuis, nombreux sont les mouvements politiques de gauches qui ont repri à leur compte Bella Ciao. On peut également l'entendre dans des manifestations qui se revendiquent "résistantes".

Voici une traduction des paroles :

Un matin, je me suis réveillé
Ô ma belle au revoir 
Au revoir, au revoir

Un matin, je me suis réveillé
Et l’envahisseur était là.
Ô ! partisan emporte-moi
Ô ma belle au revoir 
Au revoir, au revoir

Ô ! Partisan emporte-moi
Je me sens prêt à mourir.
Et si je meurs en tant que partisan
Ô ma belle au revoir 
Au revoir, au revoir

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !