Le mouvement des Gilets jaunes a déjà gagné son combat

Les Gilets jaunes n'ont pas encore capitulé. Lors du 24ème samedi de mobilisation (27 avril) et à l'occasion de la fête du travail du 1er mai, les manifestants ont montré que leur détermination et leur colère étaient toujours aussi fortes. L'Etat semble incapable de gérer la situation.

PUB ARTICLE - DEVENEZ AUTEUR

Devenez auteur.
Devenez weborateur.
LE WEBORATEUR est un média participatif. Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Le Conseil constitutionnel a rejeté la possibilité, qu'il considère arbitraire, pour le préfet d'interdire l'accès à une manifestation à tout citoyen considéré a priori comme étant potentiellement violent. Par contre, l'institution juridique ne s'est pas opposée aux articles autorisant les perquisitions et les fouilles de toute personne présente proche des lieux où se déroulent les manifestations, afin de s'assurer que personne ne puisse introduire d'objets dangereux. Les infractions pénales pour les individus équipés d'objets illicites peuvent être au maximum d'un an de prison et de 15 000 euros d’amende.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a réussi à imposer une riposte basée sur la force pour chaque événement qui se caractérise par une intensité répressive. Les Gilets jaunes ne sont plus uniquement des manifestants politiques, mais deviennent des ennemis publics indésirables qu'il est nécessaire de retirer du macadam le plus rapidement possible. Les techniques d'intimidation et de répression sont fondées sur la force d'intervention sans état d'âme, le but étant aussi de tenter de se recentrer sur les élections européennes.

La marée jaune a payé et paye encore un prix élevé du à la répression considérable subie. 800 personnes se sont vues attribuer des peines de prison, avec ou sans sursis, pour des raisons liées directement aux manifestations, 23 personnes ont été mutilées et 5 personnes ont eu les mains plus ou moins arrachées par des éclatements de grenades de désencerclement contenant chacune 25 grammes d'explosif.

Le mouvement espère s'affirmer dans la durée

A partir d'une configuration rurale de revendications sociales et financières limitées, les attentes et les exigences des Gilets jaunes se sont considérablement élargies pour devenir des mouvements populaires exigeants et décidés à aller jusqu'au bout de leurs revendications disparates mais toutes destinées à obtenir plus d'égalités sociales, plus de considérations, et le droit de vivre dignement des fruits de leur travail ou de leur pension de retraite.

Les Gilets jaunes sont contre un rapprochement à des partis politiques et se révèle hostile à ceux qui souhaitaient établir des listes de candidats de Gilets jaunes pour les élections européennes. Ce mouvement s'inscrit dans la nécessité d'une action immédiate et pose un large éventail de questions relatives aux sujets de société et aux conditions de vies. Le mouvement espère s'affirmer dans la durée, sous peine de perdre de son aura et de redevenir une cause invisible.

Le mouvement des Gilets jaunes est conscient de son manque d’autosuffisance, mais sait la nécessité de nouer des alliances et de consolider les relations avec toutes les couches de la société, visant même les jeunes qui se sont mobilisés contre le changement climatique. Il semble impératif de pouvoir parler avec un éventail plus large en procédant à une sorte d’enquête de masse sur les besoins populaires pour intercepter une tranche plus large de citoyens possibles.

Environ cinq mois après sa création, les Gilets jaunes ont placé le conflit de classe, avec toute sa dureté, au centre de la politique nationale. La deuxième puissance économique de l'Union Européenne, ainsi que la cinquième puissance du monde, se révèle incapable de comprendre et de gérer cette situation. Le mouvement a déjà gagné son combat en rétablissant une fin et une direction à son aventure comme jamais auparavant cela a pu être imaginé par les élites du pays.

publicité

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !