Italie : vers une monnaie parallèle ?

La Commission européenne a recommandé une procédure de déficit excessif à l'encontre de l'Italie. En Italie, la Chambre des représentants a approuvé des moyen financiers spécifiques pour permettre aux autorités publiques de payer les fournisseurs et de prélever des taxes sur le crédit. Un nouveau pas vers la sortie de l'Euro.

PUB ARTICLE - DEVENEZ AUTEUR

Devenez auteur.
Devenez weborateur.
LE WEBORATEUR est un média participatif. Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Ces obligations d'État d'une durée de trois à douze mois ne sont disponibles qu'à partir de 1 000 euros. Aujourd'hui, la Chambre des députés italienne a adopté un projet de loi autorisant l'émission de robots d'une valeur nominale nettement inférieure: la plus petite unité est alors à cinq euros. Le secteur public devrait non seulement attirer les investisseurs, mais aussi payer les fournisseurs et les prestataires de services.

Pour qu'ils aient un intérêt à accepter les "mini-robots", vous pouvez payer avec ses impôts. En conséquence, les robots donnent au gouvernement italien la liberté d’action économique et fiscale qui lui faisait défaut depuis la conversion de la lire en euros. Il peut potentiellement dépenser plus d’argent et a une devise parallèle qui peut être inférieure à la devise officielle de l’euro. Étant donné que la capacité de payer des taxes avec des robots ne se limite pas aux partenaires commerciaux du secteur public, les robots peuvent également être échangés.

La Commission des finances italienne envisagerait une sortie potentiellement douce de l'euro. L'Italie a maintenant une dette souveraine de 132% du produit intérieur brut et un solde négatif de plus de 400 milliards d'euros. Ceci avec une monnaie relativement forte et avec une croissance économique de seulement 0,1 % et un taux de chômage de 10,7%.

Pour les pays de l’UE qui ont conservé leur propre monnaie, la situation est bien meilleure. La Pologne avec sa monnaie, le Zloty, peut se réjouir d'une croissance économique de 4,2% et un taux de chômage de 3,5%. La Hongrie avec le Forint connait une croissance économique de 3,7% avec un taux de chômage de 3,5%. La République tchèque, avec sa Couronne, affiche une croissance économique de 2,6% et peut pratiquement déclarer le plein emploi avec une simple fluctuation du chômage de 1,9%.

Certains économistes estiment qu'une monnaie parallèle dévaluée par le volume des dépenses et les marchés financiers peut renforcer la compétitivité de l'économie italienne et réduire le chômage. D'autres économistes considèrent que le gouvernement italien veut imposer des concessions budgétaires à la Commission européenne. Cela n’est pas non plus totalement improbable, car la Commission européenne a recommandé aujourd’hui d’ouvrir une procédure de déficit excessif à l’encontre de l’Italie.

Le gouvernement italien n’est pas le premier pays de la zone euro à prendre des mesures pour introduire une monnaie parallèle. En Grèce, l'ancien ministre des Finances, Yannis Varoufakis, a travaillé sur un "Plan B" en 2015, qui prévoyait l'émission de billets à ordre en cas de fermeture d'une banque ordonnée par la Banque centrale européenne. Celles-ci ne doivent pas être imprimées, mais seulement bien inscrites sur les comptes des impôts des Grecs.

Cependant, ce plan B n'a pas été réalisé. Même le ministre italien des Finances, sans parti, Giovanni Tria, a déclaré qu'après le vote à la Chambre des représentants, la question des mini-robots approuvés n'est pas nécessaire. Si le gouvernement italien change d’avis, Bruxelles pourrait tenter d’intervenir légalement ou par un autre moyen. Ce qui se passera de manière concrète dépendra vraisemblablement des personnes autorisées par le président français en tant que président de la Commission européenne et des majorités émergeant au Conseil de l'Union européenne et au Parlement européen.

publicité

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !