ARTICLE PREMIUM

La mondialisation et la fin de l'État providence ont renforcé la précarité des jeunes

PREMIUM

Depuis la libéralisation des mœurs des années 1970, l'ouverture à la mondialisation des années 1980 et puis l'imposition de l'euro au début des années 2000, les dirigeants français ont peu à peu abandonné les jeunes, délaissés et livrés à eux-mêmes sans possibilité de construire leur avenir convenablement.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (3)

Proposer un article
Ce commentaire a été minimisé par le modérateur du site

La démolition de l'État providence, qui était entrepreneur et régulateur de l'économie, prive les États mais pas l'Union européenne de toute possibilité de promulguer des politiques publiques nécessaires à une bonne gestion des nations. L'automatisation des processus de production qui supprime les emplois et ne profite qu'au capital, et l'énorme renforcement de ce capital, notamment financier, au détriment du travail, de plus en plus maltraité et humilié, est le signe d'un dérèglement qui...

La démolition de l'État providence, qui était entrepreneur et régulateur de l'économie, prive les États mais pas l'Union européenne de toute possibilité de promulguer des politiques publiques nécessaires à une bonne gestion des nations. L'automatisation des processus de production qui supprime les emplois et ne profite qu'au capital, et l'énorme renforcement de ce capital, notamment financier, au détriment du travail, de plus en plus maltraité et humilié, est le signe d'un dérèglement qui finira par conduire le monde dans les abysses.

Lire la suite
Arnaud Borriello
Ce commentaire a été minimisé par le modérateur du site

Les sommes sont démesurées mais le principe d'investir en masse dans tous les secteurs productifs au lieu de dilapider l'argent de l'Etat (des Français) et de la dette est une bonne idée. L'argent pour investir est déjà dans les caisses des Français. Il serait plus utile dans l'économie productive et dans la formation.

Brice Valtra
Ce commentaire a été minimisé par le modérateur du site

Les sommes sont démesurées mais le principe d'investir en masse dans tous les secteurs productifs au lieu de dilapider l'argent de l'Etat (des Français) et de la dette est une bonne idée. L'argent pour investir est déjà dans les caisses des Français. Il serait plus utile dans l'économie productive et dans la formation.

Michel Dura
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !