Le vaccin le plus efficace contre le Covid-19, c’est la finance

C'est la finance qui mène le monde, avec ses inquiétudes et ses scénarios, à partir de la lecture de ses propres chiffres, même excessifs, car elle ne craint rien ni personne. C’est la finance qui décide des valeurs des entreprises et des patrimoines, qui mobilise les entrepreneurs, puis qui pousse les politiques à décider de tout. Le vrai vaccin contre le Covid-19, c'est la finance.

PUB ARTICLE - DEVENEZ AUTEUR

LE WEBORATEUR est un média participatif. Connectez-vous pour commenter et proposer vos articles à la rédaction.

La pauvreté, qui s’accompagne d’une mauvaise hygiène, du manque de soins médicaux, même les plus rudimentaires, est la cause principale des épidémies en offrant un terrain favorable aux parasites, virus et bactéries. La croyance générale a toujours prétendu que les maladies infectieuses disparaîtraient à brève échéance ou ne représenteraient plus une menace significative. Beaucoup ont eu la conviction que l'amélioration des conditions sociales, économiques et des infrastructures sanitaires des pays en développement conduirait inévitablement à un anéantissement des maladies infectieuses. Hélas, la faiblesse des économies de nombreux États africains ont considérablement réduit ces prétentions.

En 2020, les infections ont touché plus d'un milliard de personnes. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), près d'un décès sur cinq dans le monde est dû à une maladie infectieuse. Cela devient un décès sur deux si l'on considère uniquement la moitié la plus pauvre du monde. Ce sont principalement des maladies pour lesquelles des traitements efficaces existent (pneumonie, bronchite, dysenterie, etc.).

Le virus impacte la croissance mondiale

Face à la réalité quotidienne vécue par les populations pauvres du monde, le Covid-19 (coronavirus) et ses quelques centaines de victimes ont engendrés déjà des dépenses extraordinaires de ressources et d'énergie, dans un climat de panique qui apparaît très exagéré. Derrière la peur du Covid-19, il y a la crainte de se retrouver dans les mêmes conditions mortelles que pour les maladies tropicales.

Le virus qui affolent les places financières de la planète, risquant de priver Apple de vendre des millions de ses Smartphones, impacte la croissance mondiale. Les effets imprévisibles de cette mini pandémie, pour l’instant, sont légions, allant de l'altération accélérée des écosystèmes de la planète, au changement climatique dont les conséquences directes et indirectes sur la santé ouvrent des scénarios inquiétants, aux pertes financières de l'industrie alimentaire, du trafic de marchandises et des voyages internationaux, jusqu'à la baisse du prix du pétrole.

Au lieu de disparaître, les maladies infectieuses évoluent avec l'économie mondiale. Alors que l’épidémie de Covid-19 fait moins de morts que la grippe mais suscite beaucoup d’inquiétudes, il est difficile de se débarrasser de certains mythes.

La croissance économique nous a promis la fin des infections

Les crises, le chômage de masse sont aussi des sortes de désordres momentanés de l'équilibre naturel vers lequel les sociétés et leur système économique devraient tendre. De la même manière, ces épidémies de l’histoire peuvent être considérés comme des faits qui contredisent les prétentions épidémiologiques, car, tous beaux, stérilisés et aseptiques, nous sommes susceptible de finir morts et enterrés.

La croissance économique nous a promis la fin des infections et ce sont maintenant elles qui menacent la fin de la croissance économique. La science face à ce danger est impuissante, mais promet de nous sortir des désastres causés par les technologies précédentes. Elle pourrait le faire en surmontant les obstacles à leur développement dictés par les besoins de profit à court terme des grandes entreprises privées.

Ce n'est donc pas une crise écologique à laquelle nous sommes confrontés mais une crise qui concentre la richesse entre quelques mains irresponsables. La démocratie, c’est avant tout le pouvoir du peuple de décider de son sort, y compris la participation populaire au processus de production scientifique. Une nouvelle science pour des réponses efficaces contre les épidémies. Cela nécessite un peuple éduqué qui ne souffre pas de la faim, de la terreur du chômage et des charges de travail épuisantes.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !