Vers l'autorisation pour les Etats de quitter la zone euro ?

Dans une "Tribune" publiée par le journal Financial Times, le Gouverneur de la Banque centrale de Hongrie Gyorgy Matolcsy a admis que "l’euro était une erreur", invitant à réécrire le traité de Maastricht. 

PUB ARTICLE - LE FORUM

La satisfaction de témoigner
et de convaincre.

Ce 03 novembre 2019, le patron de la Banque centrale de Hongrie a fait une déclaration importante dans le célèbre quotidien économique et financier britannique Financial Times. C’est une première, un haut responsable européen explique que la création de l'euro a été une erreur et que la monnaie n'est pas viable sur la longue durée.

"Le moment est venu de chercher un moyen de sortir du piège de l'euro. Il existe un dogme néfaste selon lequel l'euro était la prochaine étape "normale" vers l'unification de l'Europe occidentale. Mais la monnaie européenne commune n'était pas du tout normale, car presque aucune des conditions préalables ne fut remplie. Deux décennies après le lancement de l'euro, la plupart des piliers nécessaires à la réussite d'une monnaie mondiale - un État commun, un budget couvrant au moins 15 à 20% du produit intérieur brut total de la zone euro, un ministre des Finances de la zone euro et un ministère associé - sont toujours manquants."

Les Européens doivent abandonner leurs fantasmes

Pour Gyorgy Matolcsy, la faute revient à la France. En effet, il estime que François Mitterrand, craignant une Europe allemande où le deutsche mark serait surpuissant, a imposé l’euro à Helmut Kohl, le chancelier de l'époque en échange de la réunification. Une autre version démontrerait que c’est en réalité les Etats-Unis qui ont exigé que les pays d'Europe adoptent une monnaie commune dès 1965. Dans tous les cas, le bilan est le même :

"Nous avons maintenant une Allemagne européenne et non une Europe allemande et l'euro n'a pas pu empêcher l'émergence d'une autre puissance allemande forte."

Cependant, même pour les Allemands, l’euro est un piège. Pour Gyorgy Matolcsy, "la plus grande machine d'exportation mondiale de l'UE" a fait preuve de complaisance et a "négligé d'améliorer [ses] infrastructure ou d'investir suffisamment dans les industries futures".

"[Les Allemands] ont raté la révolution numérique, ont mal calculé l’émergence de la Chine et n’ont pas réussi à créer des entreprises paneuropéennes de taille mondiale."

Selon lui, le constat est sans appel, "la plupart des pays de la zone euro se portaient mieux avant l'euro".

"Le moment est venu de se réveiller de ce rêve néfaste et infructueux. […] Les États de l'UE, à l'intérieur et à l'extérieur de la zone euro, devraient reconnaître que l'euro est une erreur stratégique."

Pour Gyorgy Matolcsy, "les Européens doivent abandonner leurs fantasmes risqués de créer une puissance qui rivalise avec les États-Unis". Il faut donc autoriser les États et les peuples européens qui le souhaitent "à quitter la zone monétaire au cours des prochaines décennies". Une première étape sur la voie qui amènera à la fin de l’euro ?

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !