Nouveau record du déficit commercial de la France

La France qui accumule des déficits commerciaux à l’égard de l’étranger se met en état de dépendance financière. Pourtant de nombreux économistes expliquent que pour la France, dont les comptes extérieurs se dégradent depuis plus de 15 ans, ce n’est pas si dramatique.

Même si la situation de la fin des années 1990, année à excédent commercial dépassant 3% du PIB, reste enviable, la France est dans une zone qualifiée de non risquée par les experts internationaux. Pour atteindre ce résultat, le gouvernement de l’époque avait pris les décisions nécessaires dans un contexte international favorable. Depuis le pays a connu une quadruple inversion de courbe :

  • Une première inversion de la courbe des prix du pétrole en 2014 permettant de réduire significativement notre facture énergétique.
  • Une inversion de la courbe du déficit sur les produit manufacturés en 2014 alors même que l’Euro se dépréciait fortement de 1,37 USD début janvier à 1,20 USD fin décembre.
  • Une nouvelle inversion de la courbe des prix du pétrole en 2016.
  • Une inversion de la courbe du déficit commercial avec un effet cumulé énergie et produits manufacturés avec un déficit commercial sur les produits manufacturés deux fois plus important que la période précédente.

Quelques chiffres qui montrent l'ampleur du problème du déficit commercial français :

  • De 2004 à 2017, nous sommes passés d’un excédent de 13 milliards d’€ sur l’automobile à un déficit de 10 Milliards d’€ : 23 milliards d’€ de perdus en 13 ans.
  • De 2004 à 2017, nous sommes passés d’un excédent de 7 milliards d€ sur les produits manufacturés (hors produits pétroliers) à un déficit de 40,6 milliards d’€ : 48 milliards d’€ de perdus en 13 ans.
  • Pour la première année en 2017, nous passons dans le rouge sur le secteur de l’agriculture avec 600 millions d’€ de déficit alors qu’en 2011, nous avions un excédent de 4,5 milliards d’€ : 5 milliards d’€ de perdus en 6 ans.

Nos importations depuis le Royaume-Uni ont augmenté de 38% c’est à dire de 6,5 milliards d’€ en 2017. Le Brexit n'est donc la fin de la civilisation occidentale annoncée par le président du Conseil européen, mais engendre quelques effets collatéraux positifs pour certains, mais à priori pas pour nous. Le deutschexit n'est pas encore à l'ordre du jour mais notre déficit commercial avec l’Allemagne s’élevait à 17 milliards d’€ en 2017, ce qui représente plus de 40% de notre déficit commercial sur les produits manufacturés. La mauvaise nouvelle, c’est que nous pourrions battre à nouveau un record en 2018 si le prix du pétrole poursuit sur sa lancée des 6 derniers mois; en effet, le déficit commercial a une très fâcheuse habitude à évoluer au rythme des prix du pétrole ces 40 dernières années. Derrière un record de déficit se cache parfois un record d’excédent avec l’Allemagne qui réalise le doublé record d’Allemagne et d’Europe.

À 63 milliards d’euros en 2017 et 2018, selon les prévisions du gouvernement, la France souffre quand même d’un déficit structurel. Pour autant, il n’est pas nécessaire de s’alarmer. De nombreux pays à l’économie florissante n’ont rien à envier à la France question balance du commerce extérieur. Ainsi, les États-Unis, l’Australie, le Royaume-Uni ou encore la Nouvelle-Zélande ont un déficit qui oscille entre 2,5 et 4,5% de leur PIB, quand celui de la France tourne autour de 1% du produit intérieur brut.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !