En Allemagne, l'extrème droite continue de gagner du terrain

Les difficultés économiques que connait actuellement le plus puissant pays de l’UE ont sans doute exacerbé les mécontentements populaires. Mais ce qui apparaît être à l’origine de ces changements tient en tout premier lieu au refus du peuple allemand de la politique immigrationniste du pouvoir en place.

PUB ARTICLE - LE FORUM

La satisfaction de témoigner
et de convaincre.

L’Allemagne comme de nombreux autres pays de l’Union européenne connait une mutation de sa structure politique avec en conséquence une forte poussée des forces de droite, voire d’extrême droite. Dimanche dernier se sont tenues des élections législatives à Thuringe, un Land (État fédéré d'Allemagne) dont la population approche les 2,2 millions d'habitants, situé au centre-est de l'Allemagne et dont la capitale est Erfur.

Le parti de droite Alternative für Deutschland (AfD), mouvement anti-migrants et eurosceptique, avec 23,6% (soit une croissance de 13%) est sorti renforcé de cette élection en doublant son score de 2014 et devançant le parti de la chancelière Angela Merkel. Alors que l’Union Chrétienne-Démocrate (CDU), en forte chute (-11,6%), obtient 21,9% des voix, le parti de gauche (SPD) du Premier ministre Bodo Ramelow progresse légèrement (plus 2,6%) pour attendre 30,8%.

Agité par des remous internes, le SPD avait donné un nouveau coup de barre à gauche, tout en risquant de créer un nouveau point de tensions avec ses partenaires conservateurs de la grande coalition. Pour la CDU et le SPD, le résultat est le pire de leur histoire en Thuringe. Selon les premières prévisions, le taux de participation a sensiblement augmenté, dépassant 65%. 1,7 million de Thuringiens ont été appelés à voter.

Malgré les campagnes de propagande contre l’AfD, les résultats ont été très convaincants

Lors des votes précédents pour des élections de la République fédérale d’Allemagne, les partis nationalistes de droite ont toujours échoué, alors que les partis politiquement corrects ont presque toujours réussi à obtenir un succès plus ou moins grand. Jusqu’à présent, les Allemands ont mis en place une coalition efficace pour se prémunir d’une victoire de l'AfD. Cela explique les accords de gouvernance les plus improbables comme les fameuses ententes SED / CDU ou encore pire AfD / CDU / FDP. Mais ceux qui se sont avancés à déclarer qui ils ne formeraient pas de coalition avec tel ou tel parti se retrouvent maintenant avec la question du comment sauver leurs intérêts.

Ce sont toujours les électeurs qui décident qui a la majorité. Beaucoup de membres de la CDU et du FDP préféreraient collaborer avec l’AfD aujourd’hui s’ils le pouvaient. Mais c'est impossible tant que Merkel, sous la tutelle et l’œil des États-Unis, restent en place. Le dirigeant du parti AfD, Björn Höcke, reste confiant de pouvoir obtenir la majorité absolue lors de la prochaine élection dans 5 ans. Une chose est sûr, cette nouvelle élection confirme la progression continue de l'extrême droite à chaque scrutin depuis 2015, principalement dans les Länder de l'ex-RDA (Allemagne de l'Est durant la seconde moitié du XXᵉ siècle).

Malgré toutes les épreuves et les campagnes de propagande incroyables contre l’AfD, les résultats ont été très convaincants. Sans les campagnes de calomnies contre Björn Höcke, décrit comme populiste, nationaliste, radical et provocateur, les résultats électoraux de l'AfD auraient été beaucoup plus élevés. Le virage à droite en Thuringe aura un impact particulier sur le terrain, mais au niveau national, les mécanismes, qui ont fait leurs preuves depuis cinquante ans, sont déjà bien implantés pour freiner toute possibilité de prise de pouvoir par un mouvement de droite nationaliste.

Ce sont d’ailleurs les mêmes mécanismes qui sont utilisés en France pour permettre au parti du Rassemblement national (RN) d’exister tout en s’efforçant de lui accoler une image repoussoir et nauséabonde grâce à l’utilisation des moyens médiatiques à la solde des forces au pouvoir.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !