ARTICLE PREMIUM

L'incompétence des dirigeants pourrait faire imploser l'Union européenne

PREMIUM

La faiblesse de l’UE face aux inégalités, qui ne cessent de s'amplifier à cause de la mondialisation, est dramatique. Le malaise européen est essentiellement attribué à l'économie et plus précisément au caractère incomplet du système de la monnaie unique européenne. Pourtant, la cause du malaise est purement politique.

Nous vivons un renversement des cultures politiques. Durant toute la période des Trente Glorieuses, la vigilance envers le danger communiste, les nécessités de reconstruction des états abîmés par la seconde guerre mondiale, et les valeurs sur lesquelles le monde occidental était structuré guidaient la politique internationale. Les classes dirigeantes, à la recherche de l'égalité des chances, s'efforçaient d'unifier les aspirations populaires, en favorisant une certaine cohésion politique entre conservateurs et progressistes.

Les années 1980 ont été le moment où les Américains commençaient à regarder du coté de l'océan Pacifique. Aujourd'hui les États-Unis se comportent de plus en plus comme une puissance maritime qui n'accepte aucune forme de confinement, non seulement parce que leur puissance militaire est avant tout maritime et moins terrestre et aérienne, mais aussi parce la première puissance du monde rejette toute règle diplomatique ou commerciale. En Europe, c'est la droite anglo-saxonne qui a détruit la construction de l'atlantisme. La fracture atlantique distingue la droite, favorable à la fermeture des frontières, de la gauche qui défend l’ouverture et la coopération.

La réponse au déclin occidental en Europe est très différente. Les classes dirigeantes européennes, qui ont créé une forte dépendance à la protection américaine depuis 1945, pour défendre la ligne atlantiste, ont prolongé ainsi cette tendance pour finalement commencer à l'abandonner, de manière pragmatique, lorsque la crise des subprimes a nécessité un interventionnisme politique, de la part des Etats européens, jamais vu auparavant.

En Europe, la spoliation s'est cristallisée sous une forme institutionnelle. Les choix concernant la régulation de la politique économique, la distinction dogmatique entre les politiques vertueuses et nuisibles, la responsabilité de la dette, la normalisation extrême des décisions, la délégation de tout litige à des organismes spécifiques, autorités et tribunaux, ont contribué à couper le cordon ombilicale  de l'Union Européenne avec les USA.

Le chaos actuel est en grande partie dû à la paresse européenne 

Les actions diplomatiques auraient mieux protégé les intérêts des peuples européens que l'intégration monétaire et réglementaire. Le manque de politique étrangère expose le vieux continent aux effets négatifs d’une mondialisation non régulée. Les classes dirigeantes se sont regroupées pour prendre en compte les paramètres de Maastricht alors que le continent est entouré de guerres en cours, en Ukraine, au Moyen-Orient et en Afrique. L'Europe de l'Union européenne est refermée sur elle-même, assiégée par des conflits externes.

Le système européen a repoussé le caractère tellurique de la politique, mais il revient aujourd'hui plus virulent que jamais, poussé à entourer ses frontières. Mais l'UE n'a pas les pouvoirs politiques nécessaires, seulement des instruments insuffisants qui ne reposent que sur l'argent et des règles de fonctionnement.

Des tensions se déchargent en Méditerranée, devenue un immense territoire géopolitique. C'est ici que se jouent déjà les grands dilemmes de notre époque : paix et guerre, confrontation entre les grandes religions monothéistes, migrations, reconversion énergétique, coopération Nord-Sud et bien sûr l'avenir de l'Afrique. La Chine, dans sa stratégie d'expansion pour conquérir la première place des puissances économiques du monde, semble vouloir prendre les devants avec le projet de la Route de la soie et ses investissements massifs sur le continent africain. Même la Russie a redécouvert le Moyen-Orient en utilisant les erreurs occidentales dans la crise syrienne.

L’Europe, au contraire, a tourné le dos à la mer méditerranée et considère que c’est sa frontière. Elle a oublié que la Méditerranée est son origine. Les classes politiques européennes ont réussi à faire le pire. L'indifférence à l'égard des sources arabes, la prééminence des intérêts pétroliers, les désastres causés par les attentats à la bombe en Libye et en Syrie, sont des faits intolérables et pourtant largement ignorés. Le chaos actuel est en grande partie dû à la paresse européenne. Il existe en Europe un manque sidérant de volonté politique et un sérieux problème de subjectivité dans les relations internationales.

Le plus grave danger de briser l'Union aujourd'hui vient de la migration qui touche le continent. Le conflit est à certains égards pathétique et, pour d'autres, dramatique. Il est cependant possible de créer une barrière pour empêcher des millions d'hommes et de femmes de fuir la faim et la guerre. En fait, personne en Europe ne cherche à éliminer les causes de la faim et de la guerre. Dans les 10 prochaines années, les conséquences de l'immigration de masse d'une population plutôt jeune et masculine pourraient être à l'origine de nombreux conflits et de l'implosion de l'Union européenne.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !