Mali : l'Allemagne refuse son aide militaire à la France

La France avait demandé par deux fois une aide militaire à son voisin allemand avant d'essuyer ce rejet. Dans les faits, la politique militaire des allemands semble s’arrêter à des effets d'annonce. L’Allemagne n'a pas l'intention de participer stratégiquement à une action au Sahel.

PUB ARTICLE - DEVENEZ AUTEUR

Devenez auteur.
Devenez weborateur.
LE WEBORATEUR est un média participatif. Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Au cours de la période de Noël, en Afrique de l'Ouest, des dizaines de personnes ont été tuées lors de nouvelles attaques menées par des groupes terroristes islamistes. Le Burkina Faso a été particulièrement touché, avec plus de 100 personnes tuées d'après les chiffres officiels. Malgré cette situation dans la région du Sahel qui nécessite un renfort de forces armées, l'Allemagne vient de réitérer à deux reprises leur refus de participer au conflit, contredisant les demandes françaises. Evidemment, le tout dans un silence médiatique français hallucinant.

Dans la lutte contre les terroristes islamistes dans la région du Sahel, le ministère de la Défense dresse un tableau sombre. Les groupes djihadistes opérant au niveau régional jouissent d'une grande liberté de mouvement et peuvent donc agir sans restriction, y compris avec la participation de la population locale. Selon les agences de presse, de vastes zones très partiellement peuplées sont aux mains de réseaux criminels et terroristes.

Merkel n'envisage pas de participer

L'organisation al-Qaïda et le groupe terroriste État islamique du Grand Sahara (ISGS) sèment le chaos dans tout le Sahel. Les groupes terroristes profitent des tensions ethniques régionales pour les utiliser à servir leurs propres objectifs. Le soutien international, dont en grande partie celui de l’armée française, ne semblent plus suffire, d’autant plus que les forces de sécurité maliennes commencent à atteindre leurs limites.

La disparition de dizaines de personnes tuées pendant Noël a ému le pape François et inquiète fortement l'ONU et l'Union européenne ... mais l'Allemagne ne semble pas une seconde ébranlée par cette situation. La chancelière Merkel n'envisage pas de participer au déploiement des forces spéciales européennes pour combattre les islamistes au Mali. La France avait demandé à quelques pays membres de l’Union européenne, dont l’Allemagne, une coopération pour la création d'une unité des forces spéciales internationales.

Dans les faits, seule la France combat au Sahel

La France qui, pour la première fois, est en mesure d’utiliser un drone armé sur le territoire malien, se retrouve devant un manque de moyen qui conduit ses troupes à être limitées dans leur capacité à effectuer des opérations. La France, qui se bat avec les troupes de Barkhane contre les terroristes islamistes au Mali et dans d'autres pays du Sahel, n’apprécie plus beaucoup l’indifférence de l’Union européenne et des Etats membres au sujet de la guerre contre les forces islamistes.

La France compte environ 4 500 soldats sur le terrain au Sahel. Jusqu'à 1100 soldats de la Force de défense fédérale (Bundeswehr) sont également déployés au Mali. Ils font partie de la mission totalement inefficace des Nations Unies pour stabiliser le pays (mission Minusma) et pour former les forces armées maliennes. Plusieurs groupes armés sont postés dans les pays de la région du Sahel - une zone qui s'étend au sud du Sahara de l'Atlantique à la mer Rouge. Mais la valeur opérationnelle du groupe conjoint G-5 Sahel (Mali, Mauritanie, Niger, Tchad et Burkina Faso) est pratiquement nulle. La force n'a pu opérer que dans une mesure limitée. Dans les faits, seule la France combat au Sahel.

Le département américain de la Défense envisage de réduire ou de retirer les forces spéciales déployées

La politique d'annonce d'Annegret Kramp-Karrenbauer est efficace uniquement dans les médias mais n'a aucune conséquence réelle dans les faits, car il ne fait aucun doute que l’Allemagne n'a pas l'intention de participer stratégiquement à une action dans la zone sahélienne. Elle préfère se contenter de coordonner les travaux du ministère fédéral des Affaires étrangères, du ministère de la Défense et du ministère du Développement, en somme de passer les plats autour de bons repas bien arrosés.

Et tout ceci se passe dans une fin d’année 2019 où le département américain de la Défense envisage, selon un rapport du New York Times de la semaine dernière, de réduire ou de retirer les forces spéciales déployées dans la lutte anti-terroriste en Afrique de l'Ouest. Cela suscite de vives inquiétudes parmi les pays européens et enchante les forces islamistes du Sahel.

Le divorce entre Emmanuel Macron et Angela Merkel est entériné depuis longtemps. Il semble que les premières rancœurs annoncent une année 2020 bien animée.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !