Syrie : le Président Erdogan veut détruire les milices kurdes

Après l'annonce des États-Unis concernant son retrait de la Syrie, le président turc Recep Tayyip Erdogan annonce de nouvelles opérations antiterroristes dans le pays arabe. Le retrait des troupes états-uniennes de Syrie crée un danger imminent contre les populations kurdes.

Erdogan a promis lors d'une cérémonie publique tenue vendredi à Ankara, la capitale turque, d'éradiquer les groupes terroristes en Syrie et, avec eux, la menace qu'ils représentent pour la Turquie.Le président a qualifié de terroriste à la fois le groupe Daesh et le Parti de l'Union démocratique (PYD), lié au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et détenteur d'une section paramilitaire, considérée comme terroriste par Ankara. Le Président turc a annoncé :

"Nous allons travailler sur des plans opérationnels afin de neutraliser les terroristes de Daesh, qui prétendent être actifs en Syrie [...] En d’autres termes, nous suivrons un style d’opération visant à éradiquer dans quelques mois à la fois les terroristes du PKK-PYD et ceux de Daesh sur les champs de bataille de la Syrie."

La Turquie menace d'enterrer dans ses ravines les milices kurdes soutenues par les États-Unis, dans le cadre de son opération militaire imminente en Syrie à l'est de l'Euphrate.

En dépit de son discours belliqueux, Erdogan a insisté sur le fait qu'Ankara n'avait aucune ambition expansionniste en Syrie, mais sa position contre les attaques terroristes est bien définie. Une fois le terrorisme éliminé pour Ankara, il sera important de participer au processus de reconstruction du pays arabe.

Erdogan, qui dénonce régulièrement le soutien de Washington aux forces kurdes-syriennes, a annoncé la semaine dernière que le pays lancerait prochainement une opération militaire pour expulser les milices kurdes du nord de la Syrie. Pour Damas, une présence militaire non autorisée sur son territoire n’est rien de moins qu’une invasion, pour laquelle il a demandé à maintes reprises le départ de forces étrangères non invitées, qu’elles soient Turques ou américaines.

Les déclarations d'Erdogan interviennent deux jours après que le président américain Donald Trump ait annoncé le retrait total de ses troupes de Syrie, décision qui semble avoir été la goutte qui a fait déborder le vase et conduit à la démission du secrétaire à la Défense.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !