Emmanuel Macron : après des années de propagande médiatique, c'est la déception !

En 2017, tous les Français ont pu vivre un moment médiatique hallucinant durant lequel les liens entre l’oligarchie, la presse et le monde politique ont été synchronisés de façon parfaite pour permettre le sacre d’Emmanuel Macron. Élu grâce à des circonstances très particulières, le jeune Président fait preuve d’un manque d’expérience politique sidérant et d’une rigidité déconcertante.

Il est commun de prétendre que le hasard n’existe pas. Ce qui est réel, ce sont les circonstances exceptionnelles qui ont pu conduire à l’élection d’Emmanuel Macron à la plus haute marche du pouvoir républicain français. A l’origine, il y a la stupéfiante déclaration de François Hollande lors de son premier meeting de campagne en 2012 au Bourget.

"Je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire. Il n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature. Il ne sera pas élu. Et pourtant, il gouverne. Mon adversaire, c'est le monde de la finance. En 20 ans, la finance a pris le contrôle de nos vies. En une fraction de secondes, il est désormais possible de déplacer des sommes astronomiques, de faire tomber les banques. Les G20 se sont succédé sans résultat tangibles. En Europe, seize réunions de la dernière chance n'ont jamais rien donné. Les banques, sauvées par les Etats mangent la main de ceux qui les ont nourri. Ainsi la finance s'est affranchie de toute règle, de toute morale, de tout contrôle."

Ce discours, mémorable et contraire à la réalité des croyances de celui qui le claironna, a été élaboré avec les conseils d’une armée de conseillers en économie issus de ce même monde de la finance. Parmi eux, un certain Emmanuel Macron, alors inconnu de tous sauf de Jacques Attali, l’haruspice chargé de prédire l'avenir, et d'interpréter la volonté des Dieux de la haute finance mondialisée.

Voilà une explication tangible au sort qu’il fut fait, dès 2012, à Emmanuel Macron, le secrétaire général adjoint du cabinet du président de la République française. Fraîchement nommé, il faisait déjà l’objet d’une double page dans le journal Libération. En août 2014, nommé ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, Macron fera la couverture de l’Express et de l’Obs. De quoi attirer au minimum l’attention en premier lieu de la bourgeoisie et l’intelligentsia, puis, peu après, de tous les autres médias.

La stratégie pour promouvoir Macron est remarquable

Le déchaînement médiatique continua à monter en puissance pour ne plus s’arrêter jusqu'à son élection. L’accumulation invraisemblable des articles, des émissions, des incessantes histoires et des déclarations concernant Emmanuel Macron parle d’elle-même. Cette propagande a été subtilement orchestrée par les groupes de presse de milliardaires tels Arnault, Pinault, Dassault et Drahi. La compréhension des quelques mesures favorables aux grandes fortunes françaises, comme la suppression de l’ISF et le démantèlement du Code du travail, se trouve ici.

La stratégie mise en place dès l’élection de François Hollande pour promouvoir Macron est remarquable. Dès son arrivée auprès de François Hollande, Emmanuel Macron s’installe dans le paysage français grâce à la une des magazines. Un mensonge, en particulier, est raconté partout de la même manière concernant le couple Macron. En effet, il est dit partout qu’il avait 17 ans et qu’elle en avait 36 au moment de leur rencontre. En réalité, il avait 14-15 ans alors qu’elle en avait 39. Les mêmes erreurs partout permettent d’imaginer qu’il s’agit d’une communication délibérément construite.

Emmanuel Macron a fait 39 fois la une de magazines entre 2012 et 2015, suivant ainsi une démarche de communication assumée. Les patrons de presse sont tous proches de Macron, et certains, comme par exemple Xavier Niel, déclarent être devenus son ami. Le couple présidentiel est alors à la table de Bernard Arnault plusieurs fois par mois.

Mais les mois ont fait leurs œuvres. Après deux ans et demi de mandat, la déception et l’inquiétude gagnent du terrain. Le maître des horloges a réussi l'exploit de créer un désordre social sans précédent depuis bien longtemps et à générer une situation d'un embrouillamini consternant.

Macron ne prête aucune attention à l’effondrement culturel grandissant que subit le pays. La préoccupation principale de Macron et du gouvernement français ne semble pas être le risque d’émeutes, le mécontentement de la population, la disparition du christianisme, la situation économique désastreuse du pays, ou l’islamisation et ses conséquences. Bien que la quantité d’émissions de dioxyde de carbone de la France soit infinitésimale (moins de 1% du total mondial), la priorité absolue de Macron est de lutter contre le changement climatique induit par l’homme. Il exacerbe la défiance des Français envers la politique. La confiance dans les hommes politiques et les institutions n’a jamais été aussi basse en France. Mais bien que Macron soit largement impopulaire, la peur l’emportera, et il a de fortes chances d’être réélu.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !