Commerce international : Macron se rendra en Chine en éclaireur

Le président français se rendra en Chine lundi où il devrait passer 48 heures avec en tête l’intention de discuter de l'alliance commercial entre les Etats-Unis et la Chine. En effet, les dirigeants européens craignent de plus en plus une augmentation des taxes sur les produits importés hors d'Europe.

Emmanuel Macron est prêt à prendre des mesures pour protéger l'Union européenne afin d’éviter que l'Europe ne soit pas le grand perdant des accords imminents du président américain Donald Trump avec Pékin, alors que le Président américain a d’ores et déjà menacé de continuer à appliquer de nouvelles taxes à l’importation de produits européens après avoir conclu, dans les prochaines semaines, un accord de paix avec la Chine.

Emmanuel Macron a souligné qu’il ne voulait pas que l'Europe soit une victime collatérale d'un accord commercial américano-chinois, en précisant qu’il était nécessaire de faire avancer les négociations bilatérales entre l'UE et la Chine.

Les dirigeants chinois et américains étaient censés signer un début d’accord commercial lors du sommet sur l’écologie au Chili en novembre, mais le calendrier sur l’accord est maintenant incertain après l'annulation de cet événement.

Trump a utilisé une rafale de taxes douaniers pour forcer la Chine à conclure un accord, et l'une des plus grandes craintes de l'Union européenne est que cette politique s’étende aux secteurs tels que celui des voitures européennes dans l’intention d’arracher des concessions similaires à Bruxelles.

Le Président français insiste pour que les intérêts de l'Europe soient pris en compte

Les responsables français sont persuadés que l'engagement avec la Chine était la meilleure voie à suivre. Les tactiques agressives de Trump dans la guerre commerciale pourraient permettre à l'UE d'élargir sa coopération avec la Chine. L’Europe est persuadé que la Chine peut être un allié de circonstance pour résister à l’offensif de Trump contre l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Lors du sommet du G7 à Biarritz Emmanuel Macron avait déjà souligné sa crainte des conséquences d’un accord Washington-Pékin et avait fait allusion aux risques d’un tel rapprochement.

En fait, le Président français est globalement satisfait d’un pacte entre les États-Unis et la Chine, il insiste pour que les intérêts de l'Europe soient pris en compte. Cette préoccupation sera au centre des prochains jours passés en Chine. Il entamera sa visite officielle à une foire commerciale à Shanghai, la China International Import Expo, avant la journée de discussions bilatérales à Beijing. Il devrait également inaugurer une annexe du Centre Pompidou à Shanghai.

La Chine et la Commission européenne négocient actuellement deux accords

Cependant, cette visite a attiré quelques critiques de certains dirigeants Européens. En particulier de la part de deux diplomates de l'UE qui se sont plaints de la propagande visant à obtenir le soutien de l'UE dans la guerre commerciale contre les Etats-Unis. Mais les responsables français représentent un front européen unifié en incluant le nouveau commissaire européen chargé du commerce, Phil Hogan, et la ministre allemande de l'Education et de la Recherche, Anja Karliczek, représentante de la chancelière Angela Merkel, ainsi que des représentants d'entreprises allemandes, lors de leur visite à la foire de Shanghai.

La Chine et la Commission européenne négocient actuellement deux accords. En plus du pacte d’investissement, la Chine cherche également à négocier des dénominations protégées de certains aliments gastronomiques.

En ce qui concerne les droits de l'Homme, les responsables français ont rappelé avoir des discussions franches avec leurs homologues chinois, même si la France a préféré s'associer aux déclarations de la Commission européenne sur les difficultés actuelles à Hong-Kong où la mobilisation ne faiblit pas. Les autorités chinoises restent inflexibles malgré le soutien populaire aux manifestants.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !