'Petite bande d'imbéciles' : nos dirigeants banalisent les actes de pré-guerre civile

Ce samedi soir, dans les Yvelines, les forces de l’ordre et les pompiers ont subi des attaques ciblées pendant quatre heures alors qu’un grand chapiteau de bois était ravagé par les flammes. Edouard Philippe, ne prenant pas de risque comme à son habitude, a simplement dénoncé des "actes imbéciles et violents".

PUB ARTICLE - DEVENEZ AUTEUR

Devenez auteur.
Devenez weborateur.
LE WEBORATEUR est un média participatif. Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Le premier ministre ne connait pas la barbarie qui se répand dans les quartiers, à cause d’un profond clivage culturel et de guerre entre trafiquants de drogue qui cherchent à s’accaparer les territoires de la République, où il est devenu impossible de sortir la nuit.

"Je crois qu’en vérité il s’agit d’une petite bande d’imbéciles et d’irresponsables qui pensent que tout casser est une façon de faire avancer les choses."

Edouard Philippe voit seulement des petits "imbéciles", des brigands, des chenapans, des polissons. C’est déjà pas mal pour qualifier des criminels. Et selon le chef du gouvernement, cette petite bande "casse" pour "faire avancer les choses". Il ne comprend même pas que ce sont des actes réfléchis, visant à tuer l’autorité de l’Etat, à détruire les valeurs de la République, à assouvir la France et les Français. Pourquoi ? Parce que leur culture n’est pas la même et leur haine des institutions et de la France est colossale. Ce n’est pas qu’une question de stupéfiants ou de colère d’une jeunesse perdue.

Récemment, lorsque la France a connu des actes antisémites odieux, notamment le portrait de Simone Veil barré d’une croix gammée, toute la classe politique dénonçait d’une seule voix des actes "inqualifiables", s’attaquant avec force à cet antisémitisme qui "se répand comme un poison" (surtout dans les banlieues, mais il s'agit certainement d'un bien facheux hasard). Parmi les élus dépités, Boris Vallaud, député socialiste des Landes, avait logiquement déclaré sur Twitter :

"Il ne faut rien laisser passer, rien relativiser, rien banaliser. On ne doit s’habituer à aucun acte ou mot de haine. L’antisémitisme doit être combattu avec force."

Alors pourquoi ces réactions compréhensives ne s’appliquent-elles pas lorsqu’il s’agit d’actes de barbaries ou de guerre de territoire ?

Pourquoi Edouard Philippe n’a t-il pas simplement exprimé sa colère, ou au moins sa peine, face à un acte "inqualifiable" d’une partie de cette jeunesse qui organise de plus en plus de guet-apens pour s’attaquer aux policiers, aux pompiers, aux institutions, à la République ? Les délinquants, peut-être pourra-t-on bientôt oser les appeler les soldats de la deuxième France, ont une autre culture, violente, antisystème, qui "se répand comme un poison" mais cela ne choque pas nos élus.

Face aux caillassages des forces de l’ordre, voire aux tirs de mortier, aux actes d’incivilités, aux actions pour s’accaparer toujours plus des territoires où le droit ne s’applique plus, il n’y a pas de réponses. Pas d’armée dans les cités pour remettre de l’ordre, pas de démantèlement des trafics de drogue qui gangrènent les quartiers, même pas de discours forts pour dénoncer ces comportements. La réponse doit pourtant être "terrible", pour reprendre le mot juste de Robert Ménard qui semble plus réaliste devant les problèmes que connait la France :

"On a affaire à des petits voyous qu’il faut mettre hors d’état de nuire [...] On a des difficultés à venir la nuit parce que tout le monde se fait caillasser. La police municipale, la nationale, les pompiers… C’est ça la réalité."

Cependant, les dirigeants "laissent passer", "relativisent" et "banalisent". C’est au peuple de s’habituer à cette situation qui ne va qu’empirer. Il ne faut plus être naïf : une guerre civile larvée a commencé.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !