Sans souveraineté, la démocratie ne peut pas exister

Les économies mondiales ne coïncident pas avec les politiques souveraines. Les pouvoirs politiques n’ont plus d’impact sur l'économie mondiale, ils peuvent tout juste la dévier et l’utiliser. Dans un monde globalisé, la souveraineté existe encore difficilement et essaye de se maintenir en vie.

PUB ARTICLE - DEVENEZ AUTEUR

LE WEBORATEUR est un média participatif. Connectez-vous pour commenter et proposer vos articles à la rédaction.

L’idéologie libérale est à son apogée et a imprégné tous les domaines de l'action politique, de la vie sociale, de la pensée, de la culture, de la communication.  L’idéologie libérale provient de réflexions intellectuelles qui ont fait passer pour évidente et naturelle cette conception, surtout à gauche de l’échiquier politique, alors que la droite, opportunément, surfait sur cette libéralisation imposée pour installer le mondialisme des affaires.

La gauche a cru aux sornettes du néolibéralisme pour se l'approprier et le transmettre insidieusement aux peuples qui, face aux contradictions vécues de ce modèle qui a imprégné le social, l’économie et le politique, sont portés à le répudier. Pour infuser le libéralisme débridé, la relation existante entre souveraineté et guerre a été considérée comme implicite et porteuse de guerre. Pourtant, maintenant, le nombre de pays non souverains qui sont exposés à la guerre n’a jamais été aussi nombreux. Les médias ont toujours prétendu que la relation entre l'Europe et la paix avait sauvegardé la paix avec un slogan bien à propos : "L'Europe nous a donné soixante-dix ans de paix". L’Union européenne (UE) n’est pas l’Europe et le Kosovo n’est pas dans l’UE.

Après 1939, la pleine souveraineté a disparu

L'UE est née d'une paix qu'elle n'a pas créée elle-même, mais d’une paix obtenue par d’autres nations impérialistes à l'issue d'une guerre qu’elle a, par contre, créé. La paix est amenée par le parapluie de l'OTAN en Europe occidentale. C’est par exemple ce qui a empêché une guerre entre la Grèce et la Turquie, et qui peut aujourd'hui empêcher la Turquie de franchir la ligne jaune au Moyen-Orient.

La période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale a affaibli la souveraineté de quasiment tous les pays, tant à l'Ouest qu'à l'Est, alors qu’en Orient et au Moyen-Orient, la souveraineté s'est renforcée. Les souverainetés des nations occidentales étaient assez dormantes, sans que cela ait empêché certaines de les utiliser allègrement, comme par exemple la France qui continuait de gérer l'empire africain. Après 1939, la pleine souveraineté a disparu.

La souveraineté est le fait politico-juridique du pouvoir constituant, c'est le point central, qui permet de dire que l'UE n'est pas un sujet souverain. La souveraineté est l'énergie qui jaillie en une nouvelle forme sur les cendres d'un ordre ancien. C'est ainsi que la souveraineté se manifeste. La souveraineté a une décision à l'origine, une révolution, une guerre civile, une guerre de libération, l'effondrement d'un ordre. Notre Constitution définit la nation française comme étant un sujet souverain. Elle est née entre une guerre civile et de libération en Algérie et l'effondrement d'un pouvoir impopulaire.

L'UE est un ensemble de traités extrêmement contraignants et, en même temps, elle n'est pas souveraine. Il n'y a pas de souveraineté dans l'Union européenne parce que l'Union européenne n'est pas née politiquement, et n’a donc pas de caractéristiques souveraines, à tel point que son commandement ne correspond à aucune protection.

Les économies mondiales ne coïncident pas avec les politiques souveraines

L'UE ordonne aux États individuels de construire leur budget sur la base des principes que l'UE elle-même impose, et auxquels, bien sûr, les États ont souscrit. La monnaie unique est construite de manière à rendre responsable de ses conséquences les États, qui ont le devoir d'obéir. La souveraineté ne peut jamais être un simple processus décisionnel, elle ne peut jamais être simplement juridique, et elle ne peut jamais être réduite seulement à une donnée sociologique. La politique ne peut jamais être simplement juridique. La souveraineté est un concept, mais c'est un concept existentiel, c'est-à-dire qu'elle exprime la volonté d'exister en tant que sujet d'un certain groupe politique.

Aujourd'hui la question de la souveraineté se pose à nouveau en raison de l'affaiblissement de la logique mondiale dont les conséquences les plus néfastes ont mis en lumière les anciennes souverainetés européennes qui ont échoué dans leur effort à donner vie à une entité supranationale. L’UE n’est ni souveraine, ni vitale, car sans impulsion politique constitutive. Une UE technocratique et indifférente des peuples et des États faibles ont affaibli les vieilles nations européennes. L'euro ne résout pas ces problèmes et peut même, sans doute,  les exaspérer.

De nouveau, la souveraineté se révèle être la démocratie, car cela signifie qu’un peuple est maître de son propre destin, c’est la perspective d'un peuple libre, de femmes et d'hommes libres. Il convient de parler de souveraineté pour entrer dans l'ordre des idées qui peuvent se refléter démocratiquement sur le présent et l'avenir.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !