Immigration : l'islamisation est-elle volontaire ?

La question de l'immigration commence à diviser l'Europe, car le phénomène migratoire porte les germes qui conduisent déjà à de graves difficultés d'assimilation ou d'insertions. L'installation d'un islam revendicatif et conquérant étend son territoire et s'impose sur des pans entiers de la société.

PUB ARTICLE - LE FORUM

La satisfaction de témoigner
et de convaincre.

Le peuple français, comme d'autres peuples européens, connait actuellement un processus de dépopulation. Son taux de natalité ne garantit plus le renouvellement de la population. Les pays de l'UE concernés par cette démographie négative ont ouvert leurs frontières à l'immigration.

Le Maghreb et l'Afrique sud saharienne sont en route pour l'Europe. Compte tenu de son histoire coloniale qui a répandu sa langue et ses coutumes, la France est un objectif privilégié dans le plan d'émigration des pays à forte population désœuvrée et paupérisée. Les candidats à quitter leurs racines pour tenter une aventure occidentale sont, pour une grande majorité d'entre eux, des musulmans.

L'immigration incontrôlée est en train de reconfigurer l'Europe

Cette immigration qui bouscule le vieux continent s'effectue dans une période où la religion islamique est dans une démarche d'islamisation planétaire. La France est déjà largement concernée par ce phénomène d'islamisation et connait les premières conséquences politiques et sociales à travers les différentes tensions qui s'accumulent dans les territoires à forte population musulmane. Les attentats à caractère terroriste ne font qu’accroître les peurs et les distances entre les Français dits "de souche" et les nouveaux Français issus de l'immigration.

L'écrivain romancier et essayiste algérien Boualem Sansal, Grand Prix du roman de l’Académie française 2015, pour qui il est plausible qu'un gouvernement islamique totalitaire arrive au pouvoir dans les cinquante prochaines années, donne sa vision de l'Europe et de la France dans son dernier roman Le train d'Erlingen.

"En Europe, nous sommes de plus en plus enclins à l'irresponsabilité individuelle et collective, voire à la soumission. Pour alerter, il est nécessaire de forcer, de répéter, de crier et, parfois, de secouer violemment les dormeurs. La France est un grand pays, elle peut gagner la guerre, mais des zones entières, des quartiers, des banlieues, des villes échappent à son contrôle. C'est déjà ainsi que se comptent par dizaines les zones d'illégalité dans lesquelles règnent l'islamisme et la pauvreté. La France est unique et indivisible alors que deux France cohabitent sous le même drapeau."

Au XIXe siècle, le pays à plus forte émigration était l'Allemagne. Ses émigrés ont participé au peuplement de l’Amérique sans être toujours bien accueillis. Les citoyens américains avaient leur préférences et recevaient avec plus d'entrain les Hollandais, les Anglais et les Scandinaves. Dans des périodes pré-médiévales, de nombreux territoires européens ont vu l'arrivée de tribus comme les Germains (Tudesques, Suèves ou Gaut), les Francs, les Saxons, les Angles, les Wisigoths, les Goths et les Vandales. Ils étaient considérés par les peuples envahis comme étant des barbares. Les peuples d’Europe de l'Est se sont toujours sentis confinés sur leurs terres et ont maintenu cet esprit de colonisation et de domination jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. C'est la religion chrétienne qui a réussi à créer une certaine homogénéité dans toutes ces populations et à installer une sorte de culture "européenne". Cependant la recherche de l'hégémonie de chaque territoire sur ses voisins ont multiplié les conflits et les guerres jusqu'au milieu du XXe siècle.

Les immigrés actuels viennent en grande partie de pays musulmans

Aujourd'hui, l'immigration incontrôlée, en raison de la quasi-disparition des frontières nationales des pays européens, est en train de reconfigurer l'Europe sur les plans politique, culturel, moral, religieux et psychologique. Nous faisons face à des situations tragiques dans lesquelles des milliers d'individus sont jetés par-delà les frontières. Le Maroc expédie ses peuples vers l'Algérie qui les déverse sur le Mali, le Niger et la Libye.

Historiquement, les migrants ont très souvent été les précurseurs des colonisateurs qui finissent par remplacer les peuples autochtones s'ils ne peuvent pas les contenir ou les rejeter. S'il est historiquement vrai que dans certains pays les colonisateurs ont participé à la construction de grandes civilisations, dans d'autres, ils ont exterminé les indigènes et pillé leurs richesses. Il est notable qu'au cours des derniers siècles passés, les migrants étaient tous des Européens allant à l'aventure vers d'autres continents..

Les immigrés actuels viennent d'une autre civilisation, d'une autre culture, ont d'autres coutumes et sont adeptes d'une autre religion. Ils viennent en grande partie d'Afrique et de pays musulmans, ce qui impose des adaptations difficiles et pose aux pays qui les reçoivent des problèmes insurmontables. L'Islam est par nature une religion conquérante qui repose sur une communauté peu disposée à s'intégrer aux sociétés chrétiennes. Cela se vérifie sur la totalité des pays du monde, la coexistence avec les indigènes, lorsque ceux-ci atteignent un pourcentage significatif de la population, est impossible.

Le Vieux Continent ne peut accepter les immigrés que si ceux-ci sont susceptibles d'être intégrés. En Chine, les populations musulmanes résistent à l'intégration, mais respectent scrupuleusement les règles du pays d'accueil et évitent de s'imposer. Même si une partie importante des Français de confession musulmane semble, depuis une dizaine d'année, réellement s'intégrer au reste de la population, il s'avère que la communauté musulmane montre une vraie aversion pour toute intégration dans les sociétés chrétiennes et laïques.

Ne pas nommer les choses par leur nom est coutumier

Depuis que la nouvelle langue du "politiquement correct" s'est imposé dans l'ensemble du monde occidental, ne pas nommer les choses par leur nom est coutumier. Il est beaucoup plus simple d'attribuer des attaques terroristes à des "imbéciles" qu'à des "islamistes". La novlangue conduit à ne plus savoir faire face à la réalité. Nous la ressentons, mais sans l'exprimer. Derrière la sensation, l'impression, le sentiment, que la réalité n'est pas définie correctement, il y a des grilles de lecture, des idéologies, des instruments de mesure calibrés par un environnement frileux, manipulateur et irresponsable. Cela découle du rejet des autorités légitimes et des liens dans la société qui se sont desserrés et même rompus.

Notre époque récente est celle des massacres commis par les soldats de l'Islam, les djihadistes. Les attentats des dernières années sont de véritables actes de guerre commis au moyen de commandos déterminés. Ces attaques ont révélé ce que la France refusait de voir et d'admettre, l'objectif privilégié du plan mondial d’islamisation conçu par divers États puissants et organisations islamiques est une réalité qui répond à des objectifs précis. Ils veulent créer un monde de peuples soumis.

La France devrait regarder l'histoire de deux pays durement frappés par les islamistes : l’Afghanistan et l’Algérie. Ces deux pays étaient laïcs et progressistes et faisaient partie du mouvement communiste pour l’Afghanistan et socialiste pour l’Algérie. Et ils ont été ré-islamisés en quelques années. L’islamisme n’est pas rentré avec une armée conquérante, mais en passant simplement par la porte, sans armes ni bagages, d'abords discrètement puis en installant la terreur et la soumission, les deux munitions de la conquête de l'Islam.

Le peuple est de plus en plus enclins à la soumission

Boualem Sansal s'est beaucoup inspiré de l'histoire algérienne dans ses livres, et espère que l'Europe ouvrira les yeux sur les dangers de l'islam. Selon lui, l'art suprême de la "taqiya", la dissimulation, est comme le gaz, occupant tout l'espace qui lui est offert. Ils estiment que les Français ont fortement manqué de perspicacités, face aux religieux souriants qui faisaient du prosélytisme amical auprès des jeunes égarés des banlieues, puis lorsque les islamistes ont créé des banlieues régies par la charia, et même devant les attaques de 2015, la "phase trois" du djihad, où il ne s'agissait que de demander plus de protection, plus de sécurité, plus de précaution. Constamment, en France comme ailleurs en Europe, le peuple est de plus en plus enclin à l'irresponsabilité individuelle et collective, voire à la soumission.

L'enquête polémique menée par les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme sur le phénomène d'islamisation de la Seine-Saint-Denis, titré Inch'allah : l'islamisation à visage découvert, a permis d'apporter une nouvelle dose de clarification sur ce qu'il se passe réellement dans le 93. Pendant près d'un an, les deux investigateurs, qui ont plusieurs enquêtes à leur actif, ont supervisé des étudiants en journalisme dans une analyse pertinente sur le vécu des populations de Seine-Saint-Denis, un département français qui compte un demi-million d'habitants. Ils se sont donné comme objectif de révéler les traces concrètes de l'islamisation du département, un thème "qui se prête à tous les raccourcis et à tous les amalgames" et qui "effraie les partisans du politiquement correct", selon eux.

Le constat est qu'il y a un problème avec l'islam. Cela va du directeur d'école qui combat les tentatives d'intrusion islamiste au gynécologue accablé par l'obscurantisme de ses patients, en passant par les élus qui s'efforcent par toutes sortes de compromis d'obtenir la faveur des électeurs musulmans ou encore le syndicaliste qui organise des salles de prière pour les musulmans dans les dépôts de la RATP, le service de transport en commun.

Une "contre-société" s'impose de plus en plus

Dans ce département où selon certaines estimations, plus de la moitié de la population est musulmane, une "contre-société" s'impose de plus en plus, avec ses coutumes et ses propres valeurs. Cette situation s'organise au nez et à la barbe des élus locaux, parfois aussi avec leur concours, en rupture totale avec la République. Fadela Benrabia, la préfète à l’Egalité des chances du 93 de l'époque, décrit avec franchise :

"Quand on se lève le matin, on va faire son petit chemin pour conduire ses enfants à l’école, qu’est-ce qu’on voit ? On passe devant le kebab du coin qui est fermé parce qu’on sait que le responsable s’est fait arrêter, ensuite la première boucherie halal, la deuxième boucherie halal, la troisième boucherie halal, ensuite la libraire religieuse et le muslim style qui vend des niqabs… Qu’est-ce que ça fabrique ? Des normes. Des quartiers complets sont sous la coupe du halal."

On peut affirmer que l'installation d'un islam revendicatif et conquérant étend son territoire et s'impose sur des pans entiers de la société. L'islamisation est bien à l'œuvre en Seine-Saint-Denis où le lobbyiste musulman, la mère de famille juive, le directeur de l'école ou l'ex-policier n'ont rien en commun.

L’Europe, particulièrement la France, et le Japon sont les régions du monde les plus menacées par cette langueur qui découle du sentiment que la vie est un refuge parfait, tout calme, fait de luxe et de plaisir.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !