Week-end de la Toussaint, jour des morts et cimetières profanés

Ce vendredi de la Toussaint ou le 2 novembre, jour des morts, de nombreux chrétiens vont aller se recueillir et déposer des fleurs sur les tombes. L’occasion de rappeler que des cimetières sont toujours dégradés en France, dans un silence médiatique attristant. 

PUB ARTICLE - DEVENEZ AUTEUR

Devenez auteur.
Devenez weborateur.
LE WEBORATEUR est un média participatif. Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Si la fête catholique de la Toussaint n’est pas un jour de deuil, contrairement à la fête des morts qui a lieu le lendemain, nombre de catholiques vont commémorer le décès des membres de leurs familles, de leurs amis et de tous leurs proches dès ce vendredi, et pendant tout le week-end.

Lors de la Toussaint, les chrétiens sont invités à commémorer tous les martyrs du christianisme et à célébrer tous les saints, mêmes les saints inconnus. Parmi les Saints patrons, notamment chantées lors de la veillée pascale, des baptêmes ou des ordinations, on retrouve par exemple Saint François de Sale, le saint patron des écrivains, Saint Christophe, celui des voyageurs, Saint Matthieu, celui des banquiers, ou encore Saint Honoré, le saint patron des Pâtissiers.

Une centaine de tombes ont été vandalisées

Le lendemain de la Toussaint, jour de la fête des morts, on va fleurir les tombes. Mais cette journée aura un gout d’amertume pour les habitants de Cognac. En effet, le cimetière du Breuil a été vandalisé dans la nuit du 29 au 30 octobre. Une centaine de tombes ont été vandalisées, laissant les citadins dans la peine, l’exaspération, voire du dégout. De nombreux symboles chrétiens ont été cassés ou arrachés, notamment des croix, des crucifix ou des représentations de la Sainte Vierge.

Hélas, ce n’est pas le seul cimetière qui a été ciblé ces derniers jours. Dans la nuit du 17 et 18 octobre, c’est le cimetière de Binic dans les Côtes-d’Armor qui a connu ce triste sort. Plus de 80 tombes profanées et des croix inversées de couleur marron peintes sur les sépultures. Une façon de célébrer le diable bien particulière.

Pour les familles, ces actes épouvantables viendront gâcher le week-end de la Toussaint. Les profanations de tombes sont pourtant des événements qui reviennent constamment, très peu médiatisées par les grands médias et les chaines télévisées, mais heureusement relayés par la presse régionale pour rappeler qu’en France, en 2019, reposer en paix dans un cimetière chrétien n’est plus garanti.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !