En Turquie, Erdogan veut se débarrasser des chrétiens

Passé presque inaperçu en Europe, le gouvernement d’Erdogan ne se prive pas de profiter de l'invasion de la Syrie par la Turquie pour nettoyer également le territoire turc des Kurdes, des Chrétiens et des Yazidis.

La persécution des chrétiens et l’absence de liberté de religion dans les pays musulmans ne semble pas émouvoir nos chers médias si prompte à dramatiser à l’extrême tout discours qui se permet de mettre en cause les actions criminelles au nom de l’Islam.

Il n'y a rien de commun avec ces personnes éprouvées, si ce n'est qu'il s'agit de chrétiens protestants qui sont actifs dans la vie de l'église ou qui sont évangéliques. Les expulsions ont commencé en 2017 et atteignent maintenant un point culminant. La liberté religieuse est garantie par la législation turque, mais son application est de plus en plus mise en cause par un pouvoir délibérément hostile à toutes identités autre que musulmanes.

La Turquie a rejoint le Sri Lanka pour son climat délétère et violent

L'accusation selon laquelle les personnes touchées constituent une menace pour la sécurité publique est ridicule et scandaleuse. Les dernières vagues de personnes expulsées étaient toutes bien intégrées et venaient d'Allemagne, de Grande-Bretagne, de Finlande, des États-Unis, de Nouvelle-Zélande, du Canada et d'Australie. Il importe maintenant que l’Union européenne proteste et veille à ce que la Turquie revienne à la raison. Les minorités religieuses telles que les Alévis, les Yazidis, les Chrétiens syriens orthodoxes et arméniens font également l'objet de discrimination et de brimades permanentes.

La Turquie a rejoint le Sri Lanka pour son climat délétère et violent dans sa politique concernant les relations inter-religieuses. Un exemple caractéristique, parmi des dizaines, de l’attitude indicatif du pouvoir turc actuel envers les chrétiens a été fourni par l’attitude des autorités turques lors d’un match de football de Coupe d'Europe entre İstanbul Başakşehir et l’équipe allemande du Borussia Mönchengladbach. Selon la presse allemande, au delà des autres tracasseries commises, les autorités turques ont confisqué tous les drapeaux des supporters du Bas-Rhin au motif avoué que l'on pouvait y voir des symboles chrétiens. Il s'agissait en fait du blason de la ville de Mönchengladbach, sur lequel figure entre autres signes une croix. Les dirigeants sportifs de l’équipe allemande ont fermement condamné le traitement réservé par la police turque à leurs supporters. Deux supporters du Borussia ont été arrêtés avant le match parce qu'ils auraient battu des policiers, ce qui a été démenti par les enregistrements vidéo prouvant que ce n'était pas le cas.

Erdogan ne se cache plus d’être le mentor des Frères Musulmans

Les signes chrétiens sont en effet pourchassés avec une énergie débridée compte tenu de la politique anti-occidentale et surtout anti-chrétienne du Président Recep Tayyip Erdogan qui ne se cache plus d’être le mentor des Frères Musulmans, l’organisation transnationale dont l’idéologie repose sur un courant de pensée qui se réclame anticolonialiste et anti-impérialiste dans une forme très dangereuse avec des tendances sectaires. L'opposition fondamentale de cette organisation, parfois violente, a amené son interdiction ou la limitation de ses activités dans certains pays comme la Syrie et l’Égypte.

En réalité la lutte contre l’État d’Israël est au cœur de ce mouvement, même si ses différentes branches ont depuis condamné le recours à la violence en dehors de la Palestine. Le mouvement des Frères Musulmans entretient avec les institutions promouvant le wahhabisme saoudien des relations, qui s'articulent entre coopération et rivalité. Il s’agit en Europe d’une mouvance hétérogène, habile et multiforme. En France, cette organisation, pour l’instant tolérée et influente, est soupçonné d’alimenter l’idéologie d’un l'islam politique.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (2)

Proposer un article
Ce commentaire a été minimisé par le modérateur du site

Recep Tayyip Erdogan est un personnage imprévisible et irrationnel. Avec lui, tout est possible. Je crois même qu'il est potentiellement beaucoup plus dangereux que l'iranien Hassan Rohani.

Michel Dura
Ce commentaire a été minimisé par le modérateur du site

C'est incroyable de voir à quel point l'Union européenne ne fait rien contre la politique raciste d'Erdogan.

Arnaud Borriello
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !