La crise iranienne révèle l’inexistence de l'Europe politique

Après la mort du général iranien Soleimani, Donald Trump a remonté l’ancestral conflit existant entre les Etats-Unis et l’Iran des Mollahs à un nouveau niveau d'escalade qui inquiète l’ensemble des pays du Moyen-Orient. Le monde a retenu son souffle alors que l'Union européenne a été particulièrement inexistante.

PUB ARTICLE - LE FORUM

La satisfaction de témoigner
et de convaincre.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu'une certaine panique s’est emparée pendant quelques jours des commentateurs médiatiques. Pendant quelques heures, la crainte qu'une région entière du Moyen-Orient pouvait s'enflammer a envahi toutes les ambassades et circuits d’informations. Après l'attaque fatale que les États-Unis ont entrepris contre le commandant des brigades Quds et le chef de la milice du Kataeb Hezbollah, le leader révolutionnaire iranien Ali Khamenei a menacé de se venger.

Le président Donald Trump a alors rétorqué qu'il était déterminé à détruire 52 cibles iraniennes, dont d'importants sites culturels. A cet instant, l'escalade de la violence semblait inévitable. Des troupes américaines sont stationnées en Irak, en Afghanistan, en Syrie, au Qatar, en Arabie saoudite et au Bahreïn. Une raffinerie de pétrole saoudienne a déjà été attaquée par des missiles iraniens. La milice du Hezbollah au Liban, soutenue par l'Iran, et le Hamas dans la bande de Gaza sont équipés de plus d'un millier de missiles iraniens et menacent Israël.

Pour l’instant, les représailles iraniennes ont été limitées à un tir de roquette nocturne sur deux bases militaires américaines en Irak, sans faire de victime. Les États-Unis ne se sont pas sentis obligés de réagir immédiatement à ces attaques. Cependant, la menace d’un durcissement de la situation demeure. L'Iran ne se considère plus lié par l'accord nucléaire de 2015 avec les États-Unis, la Russie, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Selon le ministre iranien des Affaires étrangères, l’Iran souhaite une sortie définitive de ces accords.

Le rôle marginal de l'Europe est particulièrement frappant

Tout en laissant espérer des pourparlers avec l'Iran, Donald Trump a réaffirmé qu'il n'accepterait jamais les armes nucléaires iraniennes et a annoncé qu'il augmenterait considérablement les sanctions contre l'Iran. Le président américain compte sur l'insistance et l’augmentation de la pression économique et militaire sur le régime iranien pour obtenir un changement de régime en Iran.

Dans ce contexte, le rôle marginal de l'Europe est particulièrement frappant, bien que la chancelière Merkel ait tenté de coordonner la parole européenne par téléphone avec ses homologues européens, en particulier Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Johnson. Le résultat a été une déclaration commune exprimant une profonde préoccupation. C’est-à-dire rien.

Angela Merkel rencontrera le président russe Vladimir Poutine à Moscou ce week-end. Étant donné le rôle clé que la Russie a désormais assumé au Proche et au Moyen-Orient, cette rencontre peut avoir une certaine importance. La Russie, en tant que pays voisin, n'a aucun intérêt à ce que l'Iran se retire de l'accord sur le nucléaire et développe des armes nucléaires. Mais la chancelière ne sera pas accompagnée ni par Emmanuel Macron ni par Boris Johnson.

Ce qui est certain aujourd'hui, c’est le peu d’intérêt que les pays concernés par ce conflit accordent à la parole des dirigeants européens. Il semble bien que la voix de Macron ne dépasse plus les limites du Fort de Brégançon à Bormes-les-Mimosas.

Le président iranien Hassan Rohani a fait un pas vers la désescalade en suggérant de construire une architecture de sécurité multilatérale autour du Golfe sans la présence de troupes étrangères impliquant la Russie, les États-Unis et la Chine, une proposition qui pointe dans la bonne direction, une alternative à la terreur et à la guerre.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !