Retraites : le développement technologique va rendre les réformes obsolètes

Les grèves et les réformettes imposées par le pouvoir en place sont le signe d’un aveuglement incroyable des responsables syndicaux et politiques qui s’agitent pour une cause qui repose sur des fondations totalement désuètes. Nous vivons en effet une période de développement technologique qui inaugure une nouvelle révolution profonde. Vouloir mettre en place un système de retraites pour 40 ou 50 ans, sans considérer les changements de paradigme qui s’imposeront à tous, est soit de l’incompétence soit du je-m'en-foutisme.

PUB ARTICLE - LE FORUM

La satisfaction de témoigner
et de convaincre.

La période actuelle est à l’image de celle que l’ensemble des pays développés ont connu durant les années 1970-1990, période durant laquelle, par exemple, le chômage a connu une progression exponentielle en France.

Ce n'est en aucun cas une coïncidence si, dès le début des années 70 avec le début de la crise suite à l'échec des accords de Bretton Woods, les investissements publics et privés dans la recherche et le développement ont connu une très forte croissance. En parallèle le nombre de brevets européens et américains ont augmenté de façon considérable.

La tendance est de remplacer le travail humain par celui des machines

Les taux de profit ont eu alors tendance à diminué et les premiers signes de surproduction ont entraîné des mesures de centralisation et de regroupement à tendance monopolistique. Le concept de concurrence est devenu un facteur vital d’élévation de l'innovation pour la sauvegarde ou la survie des entités capitalistes. Mais cela a généré une forte accélération des améliorations des processus des systèmes de production. Cette période 1970-1990 a engendré un profond changement du monde du travail, en particulier avec le remplacement de plus en plus fréquent et répandu du travail humain vivant par du travail digital et automatisé.

En France, le nombre de chômeurs est passé de 500 000 à 3 000 000 en vingt ans. C'est, avec la faiblesse démographique, la raison principale des déficits budgétaires en matière de pensions de retraite. Six millions de personnes en âge de travailler sont sans emploi en France, ce qui correspond à un manque annuel de plus 50 milliards de cotisation sociale.

Le recours à la protection juridique des inventions, c'est-à-dire aux brevets, est une réponse à une course à la guerre économique entre les entités capitalistiques du monde. Vouloir tirer le maximum de chaque idée permettant d’être plus compétitif que les autres assure un potentiel de profit supplémentaire. Au même moment, l'espionnage industriel et l'imitation sont apparus.

Aujourd'hui, la tendance est de remplacer le travail humain par celui des machines en général et des robots en particulier. Cela conduit déjà à une forte baisse du taux de plus-value et par conséquent du profit, et détermine une baisse de la valeur des marchandises. En effet, le capital est en phase de ne plus payer le travail, mais la valeur de la force utilisée. Par exemple, l'utilisation de machines n’est limitée que par la différence entre la valeur de la machine et la valeur de la main-d'œuvre remplacée par celle-ci. Il va de soi que la machine est de plus en plus gagnante.

Face à la baisse tendancielle du taux de profit, il est primordial d'acquérir de nouveaux moyens

Chaque entité capitaliste organise la production en se reposant sur l'état actuel de la technologie, apportant ainsi au marché la marchandise incorporant une valeur individuelle qui peut être respectivement supérieure, inférieure ou égale à la valeur sociale moyenne basée sur la "modernité" de la technique qu'il utilise. C’est l'élément sur lequel est basé le prix du marché, c'est-à-dire celui auquel la majorité des produits d'un certain type sont vendus. Si la valeur individuelle est inférieure à la valeur moyenne sociale, l'aliénation de la marchandise rapportera au capitaliste individuel un gain relativement plus élevé en termes monétaires que celui produit en termes de valeur et de plus-value.

Durant la crise actuelle, pour faire face à la baisse tendancielle du taux de profit, il est fondamental et primordial d’être à même d'acquérir de nouveaux moyens pour, au minimum, stabiliser le niveau de profit nécessaire à la continuité de l’activité. C'est la raison pour laquelle la course aux brevets connait des taux incroyablement élevés depuis le début de la crise vieille maintenant de cinquante ans. L’acquisition d'un brevet devient cruciale.

Au cours du millénaire déjà commencé, pour concurrencer efficacement les autres économies impérialistes, la France aurait dû engager d'importants financements dans tous les secteurs de la recherche et du développement et rendre plus efficace l'ensemble de la structure innovante. Le développement extraordinaire et contradictoire du système chinois n'a fait que souligner toutes les tendances typiques du capitalisme dans sa phase supérieure. Le monopole de propriété des fruits de la recherche scientifique s'est renforcé, notamment dans les secteurs de haute technologie, grâce à une polarisation claire de très peu de trusts transnationaux.

Le développement technologique conduit à un développement encore plus accéléré des forces productives, ce qui, bien entendu, conduit à la croissance irréversible du capital et à la décroissance du travail humain. Compte tenu des phénomènes techniques et écologiques qui vont s’abattre sur les populations de France, d’Europe et de la planète, les dirigeants politiques et syndicaux doivent impérativement considérer chaque décision à prendre à l’aune de tous les bouleversements attendus.

Devenez auteur, devenez weborateur !
Connectez-vous et proposez vos articles à la rédaction. Ils pourront être publiés dans le Journal.

Commentaires (0)

Proposer un article
Aucun commentaire publié pour l'instant. Soyez le premier !